Fiscalité des crypto-monnaies : décryptage de la législation en vigueur


La fiscalité des crypto-monnaies est un sujet complexe qui suscite de nombreuses interrogations chez les investisseurs et les utilisateurs. Face à la popularité croissante des monnaies virtuelles, il est essentiel de comprendre la législation en vigueur pour agir en toute légalité et éviter les mauvaises surprises. Cet article vous propose un tour d’horizon complet et informatif sur la fiscalité des crypto-monnaies en France.

Le cadre législatif français en matière de crypto-monnaies

En France, la régulation des crypto-monnaies repose principalement sur deux textes clés : l’ordonnance du 4 octobre 2017 relative à l’utilisation d’un dispositif d’enregistrement électronique partagé pour la représentation et la transmission de valeurs mobilières, et la loi du 22 mai 2019 relative à la croissance et à la transformation des entreprises (loi PACTE).

L’ordonnance du 4 octobre 2017 a introduit dans le Code monétaire et financier (CMF) les notions d’instruments financiers numériques (tokens) et de prestataires de services sur actifs numériques (PSAN). Elle a également précisé que ces instruments financiers numériques ne pouvaient être assimilés à des valeurs mobilières que si leur émission avait été réalisée dans le cadre d’une offre au public.

La loi PACTE, quant à elle, a renforcé la régulation des crypto-monnaies en instaurant un cadre légal spécifique pour les prestataires de services sur actifs numériques et en précisant les obligations déclaratives et de lutte contre le blanchiment d’argent liées à l’utilisation de monnaies virtuelles.

La fiscalité des particuliers : imposition des gains tirés de la cession de crypto-monnaies

En ce qui concerne la fiscalité des particuliers, les gains tirés de la cession de crypto-monnaies sont soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC) ou des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), selon le caractère habituel ou occasionnel des opérations réalisées. Les plus-values réalisées lors de l’échange d’une crypto-monnaie contre une autre sont également imposables.

Depuis 2019, il existe un régime forfaitaire unique pour les particuliers, avec un taux d’imposition fixe de 30% (prélèvements sociaux inclus) sur les gains réalisés lors de la cession de crypto-monnaies. Néanmoins, certaines conditions doivent être remplies pour bénéficier de ce régime : le montant annuel des cessions doit être inférieur à 30 000 euros et le contribuable doit détenir ses crypto-monnaies à titre privé et non dans le cadre d’une activité professionnelle.

La fiscalité des professionnels : imposition des bénéfices tirés de l’activité liée aux crypto-monnaies

Pour les professionnels, la fiscalité des crypto-monnaies dépend du régime d’imposition choisi : réel simplifié, réel normal ou micro-BIC. Les bénéfices tirés de l’activité liée aux crypto-monnaies sont alors soumis à l’impôt sur le revenu (pour les entrepreneurs individuels) ou à l’impôt sur les sociétés (pour les sociétés), en fonction du chiffre d’affaires réalisé et des charges engagées.

Les professionnels doivent également s’acquitter de la TVA sur les transactions réalisées avec des crypto-monnaies, sauf en ce qui concerne les opérations de change entre monnaies virtuelles et monnaies ayant cours légal, qui sont exonérées de TVA conformément à la jurisprudence européenne.

L’obligation déclarative des comptes détenus à l’étranger

Les contribuables français qui détiennent des comptes de crypto-monnaies auprès d’entités établies à l’étranger sont tenus de les déclarer à l’administration fiscale, au même titre que les autres comptes bancaires étrangers. En cas de non-respect de cette obligation, des sanctions financières peuvent être appliquées.

L’enjeu du respect des obligations légales et fiscales

Il est essentiel pour les investisseurs et utilisateurs de crypto-monnaies d’être bien informés sur la législation applicable en matière de fiscalité et d’obligations déclaratives. Le respect scrupuleux de ces règles permet d’éviter les risques de redressement fiscal et de sanctions pénales, et contribue à une utilisation responsable et transparente des monnaies virtuelles.

La fiscalité des crypto-monnaies est un domaine complexe qui évolue régulièrement. Il est donc recommandé de faire appel à un avocat ou à un expert-comptable spécialisé pour vous accompagner dans vos démarches fiscales et déclaratives liées à l’utilisation de monnaies virtuelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *